Lettre d'info des Galopins - 240 - Reprise de l'école, enfin

lundi 29 novembre 2021

Posté par Fabienne | Classé dans : Nouvelles

L'état du Bengale-Occidental a donné l'autorisation à la réouverture des écoles et des universités à partir du 16 novembre.

Suraj devant son école en novembre

C'est une explosion de joie parmi les Galopins et pour tous les enfants qui n'ont qu'une hâte, retourner sur les bancs de l'école...
Tous les établissements scolaires avaient fermé en mars 2020 dans le pays entier. Certains états avaient déjà rouvert mais pour le Bengale-Occidental, ça a été plus d'une année et demie pour les élèves à suivre des cours en ligne. Seuls, certains établissements dispensant des cours pratiques avaient pu rouvrir.

Les Galopins, tous grands, ont pu suivre leurs cours régulièrement, cela n'a pas été le cas bien sûr pour tous les enfants, y compris ceux de la Vivek Home, qui n'ont pas pu être suivis individuellement et qui avaient déjà beaucoup de retard dans leur cursus.

Mais l'espoir suscité par cette annonce est de courte durée pour beaucoup d'élèves... Les écoles n'acceptent que les élèves des Classes IX à XII et chaque université a la charge de gérer la réouverture...

Pour les Galopins, peu vont profiter de ce changement...
Les petits de la Vivek Home restent au foyer avec peu de cours...

Debashis devant son université en novembre
  • Suraj, en Classe XI, est le seul de nos garçons qui a pu retourner à l'école à plein temps.
  • Arman doit encore patienter, son université n'ouvre que pour les élèves de Master.
  • Rahim ne pourra rejoindre l'université que le samedi, Suman que le vendredi.
  • Biswajit, Saghir et Sanju n'ont pas encore reçu de notification...
  • Debashis par contre, est plus chanceux et peut à présent rejoindre son université pour la plupart des cours.
  • Akash, Mongal et Rabi ont été les seuls à reprendre depuis déjà quelques mois, leur cursus étant basé sur le pratique.


Cette fermeture de longue durée va avoir d'énormes répercussions sur l'éducation en Inde et malheureusement, bien des enfants dans les plus pauvres, ne retourneront pas à l'école...

Mots clés : éducation, Suraj, Debashis
Fabienne, responsable du projet à Kolkata

Écrire un commentaire

Capcha
Entrer le code de l'image : 

   

Catégories